Imperium et papa

Le pape n'est pas fier de son empereur. Il reprend donc son rôle de moralisateur suprême!


Le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel s'entrechoquent. Et qu'on se le dise franchement, c'est davantage le pouvoir spirituel qui cherche à s'accaparer du pouvoir temporel ici. François cherche à s'ingérer dans le siècle (le monde séculier), il fait de la politique.


Ça ne me choque pas outre mesure remarquez! Les papes ont de tout temps fait de la politique; ils ont même longtemps considéré que le pouvoir temporel n'était que délégué aux laïcs.


Fort des idéaux modernes, Napoléon mettra fin à ce passage obligé auprès du pape en se couronnant lui-même empereur; le monde séculier pouvait désormais décider de son sort sans l'aval moralisateur du pape.


Et bon, nous avons beau avoir quitté la modernité, mais je ne suis pas inquiet d'une prise de pouvoir de l'institution vaticane sur la civilisation de sitôt! Alors je trouve la scène un peu gênante, mais surtout amusante dans une perspective politique et historique. Je trouve quand même que François aurait pu avoir une petite retenue mais enfin, il semble être un peu bougon par moments comme personnage.

#USA #SOC

Posts similaires

Voir tout